Communiqué de presse :  » L’emploi pour Saint-Chamond  » mars 2014

Comme d’autres villes ouvrières, Saint-Chamond a bien changé puisqu’en 10 ans, les emplois industriels sont passés de 33 à 22 % (INSEE 1999-2009). Sur cette même période, alors que 50% des Couramiauds travaillaient dans leur ville, ils sont maintenant 43%, pour un taux de chômage de 14.2% (2887 demandeurs d’emploi fin 2011). Que faut-il faire ? Il faut lutter en menant une vraie politique de transition industrielle qui implique de développer une économie de proximité.

Il faut une vraie politique de transition industrielle (image  http://www.photo-libre.fr)

L’industrie n’est plus le principal vecteur d’emploi

Si une ville  ne peut pas à elle seule sauver des entreprises menacées,  – les Régions et l’Etat doivent jouer leur rôle – des moyens d’actions existent.  Nous pouvons  contribuer  à la reprise et à la création d’entreprises en coopératives (en facilitant l’accès au crédit), mais aussi aider à trouver des fournisseurs et des marchés de proximité.

Relocaliser l’activité et l’emploi suppose des partenariats avec les collectivités territoriales et  l’Etat. Une action commune des villes du bassin avec Saint-Etienne Métropole serait souhaitable pour la création de nouvelles filières d’emplois. Les écologistes l’ont  toujours dit : une reconversion qui s’inscrit dans une logique de transition énergétique crée des emplois non délocalisables comme dans la rénovation énergétique de l’habitat ou la production locale d’énergie.

Les commerces comptent pour une économie de proximité

Les commerces ont leur rôle à jouer

L’industrie n’est plus le principal vecteur d’emploi ; les commerces et services – là encore locaux – ont leur rôle à jouer. Le modèle de la grande distribution est à bout de souffle ; il dégrade les conditions de travail, sape le véritable commerce de proximité et porte une lourde responsabilité environnementale par le développement exponentiel des transports de marchandises.

Les circuits courts sont là pour réduire les distances parcourues et permettent d’obtenir – entre autres – des aliments sains par des modes de production écologiques.

Enfin, comme nous sommes tous responsables en tant que consommateurs, faisons le choix de consommer moins, mais mieux et local, en acceptant de payer le prix juste.

Municipales à Saint-Chamond : consommons local !

faisons le choix de consommer local

Publicités

Communiqué :  » Pollution de l’air : sauvons nos poumons ! « 

Depuis plusieurs jours, un pic de pollution atmosphérique dramatique pour la santé est enregistré sur les trois quart de la France et entre autre sur notre vallée.

L’absence de réponse des pouvoirs publics sur notre Métropole est affligeante.

 La liste « L’Écologie pour Saint-Chamond, solidaire et citoyenne» conduite par Alain Barbasso et Patricia Simonin Chaillot partage les aspirations des personnes, fragiles ou non, qui souhaitent arrêter de s’empoisonner en respirant.

La pollution de l’air est un enjeu majeur de santé publique : une récente étude (Institut de veille sanitaire) lui attribue une amputation de 6 mois d’espérance de vie en moyenne dans les grandes agglomérations, 15% des cas d’asthme et des maladies cardio-vasculaires.

Pollution atmosphérique aux micro particules à Saint-Chamond

Qui reconnaît Saint-Martin en Coailleux à travers les particules fines ?

La liste soutient la démarche de l’ONG « Écologie sans frontières » qui a déposé plainte contre X, auprès du TGI de Paris, pour mise en danger de la vie d’autrui. Une nouvelle fois, la France, au mépris de la santé de la population, ne respecte pas les normes édictées par l’Europe en matière environnementale.

 La politique européenne de protection de la qualité de l’air fixe des seuils limite de particules fines. D’après l’OMS, ces particules sont responsables en France de la mort prématurée de 42 000 personnes par an, dont 15 000 attribuées au diesel.

La préfecture de la Loire et Saint-Étienne-Métropole doivent prendre des mesures d’urgence : on ne peut plus se contenter seulement de conseiller le confinement aux plus fragiles (asthmatiques, enfants et personnes âgées, …) et laisser les polluants continuer leur œuvre dans notre agglomération.

 Elections Municipales à Saint-Chamond : pollution atmosphérique

La pollution de l’air est un enjeu majeur de santé publique

Au niveau municipal, « L’Écologie pour Saint-Chamond » rappelle l’arsenal des solutions :

– Une vraie politique de développement des transports en commun – rapidité, fréquence – et des modes doux de mobilité (vélo, piétons, etc.),

– La gratuité de tous les modes de transport alternatifs à la voiture dès le seuil d’information de pollution franchi,


- Le développement des zones 30,

– Des aides financières , sous conditions de ressources, aux familles pour transformer leur système de chauffage et/ou isoler son logement,

– Aide à l’acquisition de vélos électriques,


- La création d’aires de covoiturages, l’aide à l’organisation du covoiturage.

Voir aussi :  » Voiture électrique : la fausse bonne idée écologique « 

Communiqué :  » Qui sème le vent… « 

Le chef de file de la liste d’extrême droite aux municipales à Saint-Chamond a été mis en garde à vue parce qu’il aurait cherché à se soustraire au contrôle de la police. S’il s’avérait – comme il le prétend – qu’il aurait alors cru à une agression et aurait pris peur (ne sachant nullement être en présence de policiers), les écologistes ne comprendraient pas le motif d’une telle garde à vue.

Quelles que soient les idées que cette personne diffuse – et que nous combattons sur le terrain politique ! – nous devons avant tout respecter les libertés publiques de chaque citoyen (une garde à vue de 48 heures pour de tels faits avancés nous semble vraiment disproportionnée).

Les écologistes sont attachés à ce principe.

Pour autant, jouer en permanence sur la peur et l’insécurité comme certains candidats de droite et extrême droite le font depuis le début de cette campagne, en instrumentalisant le moindre cambriolage ou fait d’incivilité, peut conduire à la paranoïa comme semble le montrer ce jeune candidat qui aurait confondu agresseurs et forces de l’ordre !

Rappelons encore que la responsabilité d’un politique n’est pas de développer une psychose en poussant les habitants à se barricader chez eux, mais de favoriser avant tout le lien social et le bien-vivre ensemble.

Qui sème le vent récolte la tempête !…

Communiqué :  » ll y a trois ans… Fukushima « 

Mardi 11 mars 2014, c’est le troisième anniversaire du début de la catastrophe de Fukushima.

Trois ans après le séisme à l’origine de la catastrophe nucléaire, la situation reste extrêmement dangereuse pour la population, hors de contrôle et sans solution à court terme.ll y a trois ans…Fukushima

 Sur le plan sanitaire :

300 000 personnes sont réfugiées suite à la catastrophe. Les études sanitaires montrent les premiers cas de cancer sur les enfants ainsi que d’autres pathologies.

 Sur le plan économique :

Un coût exorbitant. TEPCO (la multinationale la plus grande productrice privée d’électricité) estime elle-même que la catastrophe va lui coûter 35 milliards d’euros. À cela s’ajoute le coût de la décontamination : les autorités japonaises avancent le chiffre de 100 milliards d’euros.La liste « L’écologie pour Saint-Chamond » sait que l’avenir est à la transition énergétique

 Sur le plan de la contamination :

On estime à 20 ou 30 ans minimum la période encore nécessaire à la décontamination. Pendant ce temps l’eau de mer va corroder les cuves et la radioactivité continuera sa dispersion invisible ; les cancers, malformations, fausses couches se développeront.

 La catastrophe de Tchernobyl, en avril 1986, ne nous a pas servi de leçon.

 A Saint-Chamond nous sommes à 20 kilomètres de la centrale nucléaire de Saint-Alban-du-Rhône. Il est temps que partout en France les communes affirment leur attachement ferme à la sortie du nucléaire et au développement des énergies renouvelables.La liste « L’écologie pour Saint-Chamond » s’engage à œuvrer à tous ses niveaux de responsabilité pour réussir la transition énergétique

 La liste « L’écologie pour Saint-Chamond » sait que l’avenir est à la transition énergétique. Il est temps de faire émerger un nouveau modèle de développement qui induira de nouveaux métiers, de nouvelles filières de travail. Il est temps de s’affranchir des dangers que représente le nucléaire.

 La liste « L’écologie pour Saint-Chamond » s’engage à œuvrer à tous ses niveaux de responsabilité pour réussir la transition énergétique.

 Sortir du nucléaire c’est quand vous voulez !

Avec les énergies renouvelables, éclipsons le nucléaire !!!

Communiqué de presse :  » Novaciéries  » mars 2014

Site historique et emblématique, Novaciéries, notre pari pour demain

Nous avions imaginé, dès 2008, la réalisation d’un éco-quartier sur l’ex site GIAT. Ce projet a été repris, avec opportunité, par la majorité municipale mais en 6 ans il n’a toujours pas  été concrétisé. Cependant il s’agit de s’entendre sur la définition de l’éco-quartier qui est une zone qui minimise son impact sur l’environnement : autonomie énergétique, transports alternatifs à la voiture, protection de la ressource en eau, insertion heureuse dans le reste de la ville. Il  pense la ville comme un espace où vivent des êtres humains.L'écologie pour Saint-Chamond a un vrai projet d'éco-quartier

Au contraire, le projet est devenu commercial avec notamment un multiplex et des activités très consuméristes inaccessibles pour la plupart des St-Chamonais. Son impact serait désastreux pour les commerces du centre-ville et pour notre cinéma. L’idée de déplacements, depuis Saint-Etienne et ses environs, de consommateurs solvables induisant des rejets de gaz à effet de serre supplémentaires, nous apparaît incompatible avec l’idée même d’un éco-quartier.

Un espace permanent d’expositions serait géré par les associations

Un espace permanent d’expositions serait géré par les associations

Pour nous, nous imaginons ce quartier comme un espace de vie intergénérationnel avec de l’habitat partagé pour développer les solidarités où la mixité sociale serait déterminante pour l’exemplarité du projet. Un tram-train avec un arrêt proche  permettrait un lien avec l’ensemble de la métropole. Un axe nord sud (piéton, vélo) traverserait le site tout au long du Gier qui serait découvert, pour relier le centre-ville et les quartiers d’Izieux / Le Creux. Un marché couvert permettrait l’approvisionnement des Saint-Chamonais en produits locaux. Un espace permanent d’expositions, de culture urbaine et industrielle, d’expression libre, serait géré par les associations Saint-Chamonaises et accessible gratuitement.

Enfin, en vue de créer les emplois de demain dans la transition énergétique, nous proposons la création d’un institut des métiers, tous niveaux de qualification, lié aux équipements pour l’énergie et la robotique.

novacieries, élections municipales à Saint-Chamond

Journée Internationale de la femme du 8 mars 2014

En ce 8 mars 2014, dans le cadre de la journée internationale  de la femme, les membres de la liste « l’écologie pour Saint-Chamond » souhaitent rendre un hommage solennel à une femme remarquable, l’une des femmes du XXe siècle qui s’est illustrée, tout au long de sa vie, par son courage et son engagement républicain : Joséphine Baker.

Pour les élections municipales à Saint-Chamond, la liste " l'écologie pour Saint-Chamond " célèbre Joséphine Baker

 Joséphine Baker ne fut pas seulement la première star noire de l’histoire ou l’égérie de Van Dongen, Foujita et Picasso. Elle fut aussi une ardente militante des droits de l’homme, une femme engagée dans la Résistance (elle a reçu la médaille de la Résistance, elle a été décorée de la Croix de guerre et de l’ordre national de la Légion d’honneur) et fit preuve toute sa vie d’un humanisme incomparable, s’engageant en particulier auprès de Martin Luther King et de la LICRA.

L'écologie pour Saint-Chamond lors e la journée de la femme

Elle fut aussi une ardente militante des droits de l’homme

 Joséphine Baker a toujours mis en application, jusqu’à mettre son existence en danger, les buts fondamentaux de notre République : La LIBERTÉ, l’ÉGALITÉ et la FRATERNITÉ.

 Elle a vécu, jusqu’à la ruine, l’engagement pour la liberté, le rejet des préjugés raciaux, sociaux ou religieux, l’indignation contre toute forme d’intolérance en montrant que cela peut être un vrai chemin de vie.

 Tout homme, toute femme, d’aujourd’hui, est redevable de cette petite métisse afro-amérindienne qui épousa la France et ses valeurs universelles en même temps que Jean Lion. La vie d’engagement et d’altruisme de Joséphine Baker est un exemple  pour une société où l’individualisme et la prépondérance de l’argent sont malheureusement devenus la règle.

Notre liste propose en cette journée des droits de la Femme de renommer symboliquement la Place de la Liberté « Place Joséphine Baker ».

Nous organiserons une petite cérémonie sur les lieux à 10 h30.Place Joséphine Baker