Communiqué de presse :  » Le cadre de vie  » janvier 2014

Un cadre de vie agréable à améliorer et à préserver

 Le cadre de vie est une notion complexe qui inclut  l’habitat, les espaces publics, les déplacements, mais aussi les services, la vie associative, sans oublier les aspects de la vie quotidienne comme la propreté ou le sentiment d’insécurité.

La qualité de notre quotidien est aussi liée à la gestion du territoire ; c’est en quoi la pensée écologiste se distingue : nous avons la conviction que tout est lié et que chaque thématique ne doit pas être traitée de manière isolée.

bancphotolibre

Saint-Chamond a été façonnée par son histoire industrielle très riche et par ses habitants de toutes origines, dont la générosité et la solidarité n’est plus à démontrer. Sachons tirer partie de sa taille humaine et de son riche réseau associatif. Sa proximité avec le Pilat permet à tous de se détendre dans des paysages qu’il faut préserver car ces dernières décennies ont été marquées par une urbanisation sauvage qui a détruit des terres agricoles.

Aux portes du Pilat

Aux portes du Pilat

Notre ville garde aussi des cicatrices de son passé : elle  a  tourné le dos au Gier à une époque où il était devenu un égout à ciel ouvert. Il est temps de redonner au Gier sa place dans la cité !

DSC00804 ARBUEL-MAI-2008

La circulation doit être apaisée avec des « zones 30 », permettant l’amélioration de la qualité de l’air et la sécurisation des piétons et des cyclistes.

une ville partagée

une ville partagée

Il faut rompre avec la politique du bitume, où tout espace libéré ne serait voué qu’à devenir un parking, comme nous l’avons trop souvent vu. Les commerces, et la qualité de vie gagneraient à ce que l’on crée des parkings en sous-sol au profit de terrasses.

Une étude sera menée pour voir si tous les panneaux publicitaires 4×3 qui polluent visuellement notre ville respectent la législation.

Enfin, une ville ne peut être agréable que si chacun est pris en compte ; il faut travailler à l’accessibilité des espaces publics pour les  personnes handicapées : de nombreux trottoirs ne permettent pas d’évoluer en fauteuil. De même, des logements adaptés pour nos aînés intégrant des services à la personne doivent être développés.

Publicités