Communiqué de presse :  » La sécurité  » janvier 2014

  L’écologie pour Saint-Chamond, une réponse globale

pour penser autrement la sécurité

Même si notre ville n’a pas la réputation d’une ville à haut niveau d’insécurité, ce sentiment existe, et il doit être pris en compte. Le « tout répressif » n’est pas le moyen de garantir la sécurité publique et  il n’y a pas d’angélisme à dire cela. Il n’y en a pas non plus à dire que l’on ne naît pas délinquant ; c’est principalement dans l’exclusion sociale que la délinquance prend sa source.

la vidéo surveillance n'est pas la solution

la vidéosurveillance n’est pas la solution

Il n’y a pas de réponse politique efficace immédiate contre l’insécurité et ceux qui prétendent la connaître sont des démagogues populistes et sécuritaires. Leurs propositions sont souvent simplistes, tels l’armement de la police municipale ou la vidéosurveillance dont l’inefficacité  et le coût très important sont la réalité. Ces solutions techniques ne remplacent pas une réponse globale sur le vivre ensemble autour des questions de l’urbanisme, des équipements, de démocratie participative, d’emploi, médiation, éducation et solidarité.

Si la sanction est nécessaire, elle doit être associée le plus souvent possible à une politique de la réparation du bien dégradé, de l’acte commis, en développant par exemple, les travaux d’intérêt général.

cadenas réduit

Pour assurer une meilleure prévention contre les actes de délinquance, nous développerons  et réorganiserons la médiation avec les emplois de proximité, les policiers municipaux, les gardiens, les éducateurs, les médiateurs qui vont assurer lien social et convivialité.

Il faut aussi faire confiance à l’école, agir avec elle et avec les familles  pour renforcer la citoyenneté.

Nous devons améliorer le cadre de vie, désenclaver les quartiers

par des transports en commun réorganisés.

Il faut renforcer l’accès à la culture et au sport pour tous.

Il faut faire des conseils de quartier – là ou les problèmes se posent – de vrais lieux d’écoute, de responsabilisation, de coopération entre les habitants.

Il faut développer des emplois de proximité, dans l’économie sociale et solidaire, l’agriculture, pour lutter contre cette précarisation.

Saint_Chamond_Paysagered

Publicités